Thursday, September 23rd, 2021

JUMEAUX : Les 10 grandes étapes avant de (vraiment) souffler

Non, ta vie ne s’arrête pas parce que tu as des jumeaux ! C’est l’histoire de quelques années, un peu comme un entonnoir avec de la lumière au bout, le temps de franchir avec panache les dix vraies et grandes étapes :

1/10 La grossesse gémellaire

L’arrivée dans la communauté de parents de jumeaux se fait généralement d’un coup, patatras, lorsqu’à l’échographie, le docteur t’apprend qu’il va y en avoir deux en même temps ! Quoi ? Deux quoi ? Même s’il t’arrive éventuellement d’avoir un doute, parce que le taux d’hormones est plus élevé, tu n’es jamais vraiment sûre jusqu’à ce que tes yeux voient l’écran ; oui, il va falloir s’adapter !

Je vous avoue que, pour ma part, lorsque j’ai su l’étrange nouvelle, cela a commencé par plusieurs nuits blanches, à me poser nerveusement milles et unes questions ! Déjà que je ne connaissais absolument rien à la parentalité, mais là, j’allais devenir maman deux fois d’un coup ? Qu’allais devenir mon corps ? Notre budget ? Notre avenir ?

Je me suis alors auto-formée aux termes médicaux, et j’ai cherché à comprendre en rejoignant « les autres comme moi » sur les réseaux sociaux ! Je me suis également inscrite dans l’association « Jumeaux et plus » de mon département. Hop ! J’ai alors trouvé une communauté véritablement soudée et bienveillante. Non, je ne suis pas seule à vivre ces choses ! Et désormais, si j’ai une question réaliste à poser, voilà : je sais où obtenir des réponses concrètes et me préparer au mieux.

2/10 L’accouchement double

Comme un saut à l’élastique du haut d’une falaise abrupte, il faut bien y aller ! Les ailes sont en place. Impossible de reculer… Si ? Et même si tu n’arrives pas au bout de ta fameuse «D.P.A.», il n’y a pas à dire ; c’est un véritable spectacle !

De la maternité, entourée de tout le corps médical possible, au retour à la maison ! Clic ! La photo du papa dans les couloirs de l’hôpital est prise et déjà postée par la maman sur les réseaux sociaux … Vous savez, la fameuse photo de rigueur où il porte de dos les deux cosys à bout de bras, tel Musclor s’en allant d’un pas assuré (ou presque) vers son destin de papa de jumeaux !

L’accouchement n’est pas le même pour tous. Que ce soit par voie basse, par césarienne, ou… les deux, chacune a son histoire qui lui est propre et carrément indélébile. Après tout, cela arrive dix-sept fois sur milles accouchements ! Alors bon, cela vaut bien un petit traitement V.I.P à la maternité… et quelques lignes de témoignages dans mes livres* 😉

3/10 Les longues nuits difficiles XXL

Une fois rentrés chez soi, sur le seuil de la porte avec ta valise, il faut s’attacher à construire un quotidien qui n’est pas des plus simples ! C’est doux et voluptueux de les voir enfin chez soi, dans la puériculture si bien choisie durant la grossesse. C’est un peu moins craquant lorsque c’est à trois heures du matin depuis plusieurs nuits, et que ta valise se trouve désormais en dessous de tes yeux !

Les calculs sont simples, Kevin : Bébé 1 est souvent un tout petit gabarit. Bébé 2, aussi. Cela implique d’abord un biberon chacun toutes les trois heures, pour qu’ils grandissent… Puis toutes les quatre heures… Et comme il y a deux bébés, deux bras… Bref, on se passe des moulures au plafond pendant quelque temps ! Voilà ! Même si certains y mettent quand même quelques paillettes sur leurs filtres Instagram ! Avouez ^^ Je sais, ça fait du bien au moral…

4/10 Les dents x 2

Tic et Tac font fragilement leurs nuits, et tu commences enfin à récupérer quelques heures de sommeil, que déjà, les pleures nocturnes reviennent avec les dents qui poussent chez Tic, puis chez Tac. Tu as beau demander conseil à droite et à gauche, trouver quelques astuces à mâchouiller, cela devient vite une question de vie ou de mort !

Au même titre qu’après quelques kilomètres dans un marathon de champion, tu commences à fatiguer de ces longs mois sans nuits véritablement récupératrices. C’est difficile, mais il faut bien en passer par là ! Je te promets que plus tard, tu en rigoleras 😊

Mon humble conseil : commencez à leur faire mâchouiller des petits boudoirs la journée, et surtout, apprenez à vous relaxer rapidement pour faire des micro-siestes de vingt minutes, sur le canapé de votre salon mal rangé… C’est peut-être un détail pour vous, mais pour les parents de jumeaux, ça veut dire beaucoup !

5/10 La diversification alimentaire x 2

C’est là que tu remercies chaleureusement le ciel d’avoir deux bras ! Et accessoirement d’en avoir « que » deux… Hop ! Très vite, au bout de quelques bouilli-maison, tu prends vite le pli de donner une cuillère à droite, puis une cuillère à gauche, et ainsi de suite !

Alignés devant toi, salivant tous deux sur le coin de leurs bouches, lesquelles tu essuies d’un geste plus ou moins rapide et assuré, sur les énièmes bavoirs, qui finiront de toutes façons aussi dans la énième machine à laver… Oui, tu risques au passage d’essuyer aussi plusieurs techniques de repas, groupés ou non, avant de trouver celle qui te convient le mieux, en passant assurément par la culpabilité de ne pas pouvoir t’en occuper comme tu t’occuperais t’occuper d’un seul enfant !

Mais je t’assure que cela reste la meilleure des techniques ! De rien. Je sais que cela ne rassurera pas certains, parce que cela rappelle un peu un travail à la chaîne. Mais au même titre que les couches à changer, ou les biberons à donner, il faut bien faciliter le geste… J’en vois déjà plusieurs au fond de la classe qui rigolent nerveusement ^^ Ne paniquez pas ; ce n’est pas fini aha Mettez vite une cape, parce que ça se corse encore après !

6/10 Les terreurs nocturnes en stéréo

Quelque temps plus tard, il y a une accalmie. Ne vous réjouissez pas trop vite parce qu’elle s’arrête brusquement lorsque les monstres font leurs apparitions dans les placards mal fermés. Que Ben réveille Jerry ! Et que tu n’as pas le temps de finir ta glace sur le canapé, récupérant de ta journée bien remplie…

C’est sympa, non ? Certains lâchent le bout de gras et commencent à ramener leur portable dans la chambre de junior jusqu’à ce qu’il se rendorme, pour finir la conversation privée qui disait : « Alerte, les parents de jujus : comment faites-vous, vous, pour les terreurs nocturnes groupées ? On leur fait la tête au carré ou bien ? » Bref, il y a autant de solution que de jumeaux sur la planète ! Mais globalement, ne perdez pas le doudou et la teuteute, ce sont vos meilleurs alliés.

Personellement, j’ai trouvé mon public de fans pour mes vocalises de comptines. Ils connaissent par cœur « Les petits poissons dans l’eau », « frère Jacques », « au feu les pompiers », « la souris verte » et le petit escargot qui se réjouit de la pluie… Désolée, je n’ai pas trouvé mieux pour apaiser leur imagination… D’autres ont-ils de meilleurs conseils ?

De toutes façons, à ce moment de ta vie où tu n’en peux vraiment plus, tu finis par maudire celui qui conseille quelque chose qui ne marche pas, en vrai lol Et à un moment donné, tu finis par abandonner les conseils sur Internet, et tu fais à ta sauce. Comme-tu-le-sens ! Et en même temps, cela devient rassurant de trouver des solutions soi-même. Pas vrai ?

7/10 L’apprentissage de la marche !

J’ai longtemps appréhendé de devoir choisir entre partir à droite ou partir à gauche lol Tellement que je m’imaginais me transformer comme l’inspecteur Gadget (oui, les années 1980, hum). Bref, choisir un enfant ? Pas question… Dans la vraie vie, hop, tu fais l’ouragan qui ramasse tout en même temps et tu en rigoles, le portable à la main ^^ Clic ! La photo est prise.

A ce moment précis de la parentalité gémellaire, lorsqu’ils (ou elles) commencent à marcher, sincèrement, tu commences à remercier ton dos de ces bons et loyaux services ! A ce moment de l’histoire, une séance d’ostéopathie est précisément la bienvenue. Mais vraiment, car il y a comme un poids en moins dans la balance ! Je me souviens très précisément de ces moments de soulagement… enfin… et de bonheurs en double : c’est à ce moment que j’ai commencé à écrire mon premier livre* sur les parents de jumeaux, et clairement, il respire le grand bonheur !

8/10 L’autonomie des gestes du quotidien

Voilà, après avoir appris à se déplacer, à parler, à manger tous seuls, ils apprennent aussi à s’habiller, à écrire, à se passer de vous quelques heures bien salvatrices ! C’est finalement un enchaînement d’étapes sans fin, à bien y réfléchir. Mais déjà, vous commencez à souffler un peu.

Je suis sérieuse ; parfois, on s’amuse même à les voir jouer ensemble. C’est beau la complicité gémellaire…

Jusqu’à la crise inévitable ! Il faut toujours garder un œil sur eux, ne vous méprenez pas, vous n’êtes pas encore libérés-délivrés ! Ils apprennent également leurs limites, la personnalité de l’un par rapport à l’autre, et se partagent chacun leur tour des rôles différents. C’est normal et vous vous en amuserez … éventuellement ! De vrais tornades ^^

9/10 La scolarisation et les autres

Dominant ? Dominé ? Trop vite séparés ? Quoi que vous eussiez fermement conseillé de dire ou de ne pas faire à vos proches, surtout les premières années, de touuuuuutes façons (arf !) la société met vite son panneau stop sur vos bons principes.

Ne pas dire « jumeaux » ou « jumelles » ? Ne pas les comparer ? Les habiller pareil ou pas ? Les séparer en petite section ? Les parents de jumeaux des années 2020 sont bien plus renseignés qu’avant ! Mais cela ne suffit pas ; il faut s’armer aussi de pédagogie et de patience, parce que les clichés de la société ne changeront malheureusement d’ici 2030. Si ?

Retenez simplement que les prochaines étapes c’est de savoir les occuper TOUS LES DEUX (et la fratrie avec ?) un mercredi sous la pluie lol ou en période de confinement ! Apprendre à écrire, à compter, à dire « merci » sans se regarder en rigolant et d’arrêter de parler de « pipi » et de « caca »… Vous allez voir, c’est sympa aussi l’entrée à l’école par deux et les bonnes manières des copains et copines hum ^^ Lâchez pas !

Mais leur force, c’est avant tout leur union ! Quoi qu’on en dise ! Et il ne faut pas l’ébranler trop tôt, tant que les warnings ne sont pas encore au rouge vif ! Personellement, comme beaucoup de « mamans comme moi », cela me rassurait, si petites, en petite section, de les savoir ensemble ^^ Et vous savez quoi ? C’était leur cas aussi. Je le savais intimement comme si je les avais faites 😉

10/10 Les premières maladies infantiles

J’ai cru pouvoir souffler comme un buffle en chaleur lorsqu’elles sont allées en maternelles, mais très rapidement, elles sont revenues se coller à moi la morve au nez, des boutons rouges sur les fesses et j’en passe ! Cela n’a rien de glamour. C’est sûr mais c’est une réalité compliquée qu’il ne faut pas omettre de conter, chers parents impatients.

Promis, c’est depuis l’école élémentaire que je trouve une certaine paix à mon âme ! Sérieux. Même si c’est là qu’arrivent les devoirs aha !!

Allez, promis je m’arrête là. J’ai encore de belles années de maman d’ados devant moi. Ne riez pas, ça va arriver vite aussi !

Ouf ! Déjà ?

Voilà, une fois ces dix étapes franchies, tel un véritable marathon de champion, la parentalité gémellaire telle qu’elle est dans les premiers temps n’est plus du tout la même.

C’est juré craché, lorsqu’on avance dans le temps, notre parentalité à caractère dentée devient alors de plus en plus simple !

D’abord parce qu’ils sont autonomes, qu’ils agissent par eux-mêmes, malgré le fait qu’il faut les pousser un peu beaucoup, parfois, et qu’ils ont besoins de poser de drôles de questions existentielles : « Maman ? C’est quoi des fausses jumelles ? Je croyais qu’on était nées en même temps ? »

Aussi parce que les fameuses « R.A.L.C. »*, les périples en poussettes double, les déménagements à chaque visite dominicale, tous les inconvénients d’en avoir deux, en tout cas au niveau de la puériculture, s’estompent avec les années !

Mais surtout parce qu’ils sont complices et jouent ensemble ! Et même s’il faut également arbitrer, négocier, aplanir les angles lorsque cela ne va pas, c’est ensuite un nouveau rôle de parent éducateur qui est nettement moins sportif et qui laisse quand même plus de temps pour soi…

Mon compte Instagram : @muriel_herbert

Alors ? Vous en êtes où dans les différentes étapes ? Ne désespérez pas si vous êtes encore loin de pouvoir vraiment souffler, même si j’exagère un peu, car, comme on le dit trop souvent, le temps passe si vite, trop vite, quand il s’agit de voir grandir nos bébés. Quelque chose me dit que vous ne verrez même pas les années défiler 😉

LEXIQUE :

. DPA : Acronyme connu de la Date Prévue d’Accouchement ;

. Singleton : Enfant seul, né d’une grossesse simple ;

. Boudoirs : Petit gâteau sucré que jadis tu utilisais uniquement avec un verre à champagne, et qui pour le coup, soulage les gencives de tes petits bouts !

. Mes livres : Mon premier livre « Parents de jumeaux, notre vie croustillante » (Édition Récréalire) est disponible en librairie, et « Parents de jumeaux, coupables au second degré » est disponible sur twinsplace.shop, rubrique « pour les parents »

. RALC : Acronyme de « Réflexions à la con » 

One Response

  1. Bonjour!!
    Et bien moi j ai passé les 10 étapes, mes filles ont 8 ans et je ne souffle pas encore… je les ai eu seule et je suis toujours seule…. Pas facile tous les jours, la fatigue , ma maladie…pas beaucoup d aide familiale sauf mon père car ma mère est décédée…. Seule c est dur mais elles sont les amours de ma vie ❤️❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *