Thursday, September 23rd, 2021

Zygosité what ?

Qu’est-ce que la zygosité ?

Il existe trois nuances de grossesses gémellaires. Si tu n’as pas déjà lu mon article à ce sujet, je t’invite à t’y plonger avant de poursuivre.

Mais au-delà du type de grossesse, définie par l’échographe, il y a également la zygosité. C’est en gros la comparaison du patrimoine génétique des jumeaux qui va déterminer si ce sont des « vrais » ou des « faux ».

Lors d’une grossesse bi-choriale bi-amniotique, c’est-à-dire lorsque l’échographe constate effectivement deux poches et deux placentas, et que votre grossesse n’a pas été provoquée et suivie par le corps médical, il est compliqué de certifier avec exactitude l’origine génétique des jumeaux.

Votre praticien ne peut que constater ce qu’il voit, mais ne peut pas forcément vous dire leur degré de zygosité, c’est-à-dire s’ils sont monozygotes ou dizygotes ? Identiques ou fraternels ? Vrais ou Faux ?

Il existe d’ailleurs un test dit de « zygosité » qui peut être effectué en laboratoire et qui indique donc le profil génétique de chaque jumeau pour définir s’ils sont « identiques » ou « fraternels ». Pour cela, le laboratoire a besoin de l’ADN des jumeaux, mais également de celui du père et de la mère.

Ce test est fiable, indolore, il s’agit, par exemple, de passer un coton de tige à l’intérieur de la joue, ou de prélever des cheveux, du sang, des ongles, mais (il y a toujours un mais) il coûte cependant cher et ne peut être effectué qu’à l’étranger.

A mon sens, ce point reste encore à être étudié en France car il existe des parents qui ressentent le besoin d’identifier les origines de leurs enfants bien avant de ne pouvoir les comparer.

Lorsqu’ils sont bébés, éventuellement sans cheveux, sans couleurs de yeux déterminantes, et même dans le cas de gabarit similaires, c’est un peu compliqué. Et ce procédé de comparaison des visages, certes, plus naturel, requiert d’ailleurs beaucoup de patience et demeure très maladroit, parfois invasif pour certain, bougrement incertain et évidemment très (trop ?) subjectif.

Mais bon, ressentez-vous vraiment le besoin de connaître leur zygosité ? Si ce sont des « vrais » ou des « faux » ? Avez-vous un doute ? La patience suffisante pour savoir ? Pour répondre aux questions ?

N’hésitez pas à commenter cet article, ce point est important et différent selon les familles.

Doit-on instaurer un remboursement, pour ceux qui le souhaitent uniquement, du test de zygosité par la sécurité sociale, par exemple ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *